L'Executive MBA Santé Paris Dauphine dans la presse

L'Executive MBA Santé de Dauphine Formation Continue dans la presse

 

Manager dans le monde de la santé : confiance, autonomie et prise de risque, Perspectives Sanitaires & Sociales, novembre-décembre 2015 (numéro 243).

 

L’Executive MBA Santé de l’Université Paris-Dauphine organisait le 15 octobre 2015, une conférence sur le thème « Manager dans le monde de la santé : affronter les peurs et les convertir en confiance ». Pour éclairer ce questionnement, le philosophe Pierre-Olivier Monteil, enseignant et formateur en éthique de l’action en organisation, et Marie Hiance, Directrice des affaires médicales, de la qualité et des droits des patients au Centre Hospitalier d’Aulnay, étaient conviés pour échanger avec les étudiants. Après un retour général sur la notion de courage, Pierre-Olivier Monteil a précisé ses implications en termes de management dans le secteur de la santé : exercer une autorité suscitant l’obéissance des personnels en autonomie, résister à la séparation entre le normal et le pathologique pour ne pas porter un regard dépréciatif sur le patient, affronter sa propre peur de la fragilité du vivant. Le philosophe a prôné la continuité entre éthique du soin et éthique du management par la mise à distance des procédures et des normes qui tendent à judiciariser le soin, notamment grâce à la mise en place d’espaces de dialogue et de temps d’échanges avec les soignants, l’usage raisonné des nouvelles technologies de l’information, le fait de se resituer dans une trajectoire collective partagée, et le maintien d’une humeur habitée par la vie dans l’établissement de santé.

       

PARTAGER DES VALEURS ET DES OBJECTIFS
Marie Hiance a, quant à elle, souligné le phénomène de multiplication des normes, qui sécurise l’action du manager tout en la contraignant fortement, et posé la question de la marge de manœuvre des managers dans le cadre ainsi tracé. Dans un contexte d’aversion au risque, où le corollaire de l’initiative est la responsabilité, Marie Hiance a proposé des pistes afin de favoriser l’initiative dans le management : valoriser la prise de risque et l’intéressement professionnel collectifs, permettre l’expérimentation, faire coïncider et se rejoindre les référentiels d’action entre les différentes professions. Elle a rappelé l’importance de la relation de confiance entre deux niveaux hiérarchiques, reposant sur le partage de valeurs et d’objectifs, le rôle des complémentarités entre secteurs publics et privés, ainsi que l’importance du rapport entre tutelle et établissement pour la mise en œuvre d’expérimentations locales.


l'eMBA de Dauphine Formation Continue dans "Choisir son MBA : les valeurs sûres", Courrier Cadres (numéro 95, octobre 2015)

Choisir son MBA : les valeurs sûres, Courrier Cadres (numéro 95, octobre 2015), par Chloé Goudenhooft.

 

« Certains MBA spécialisés existant depuis longtemps continuent d’attirer des étudiants car ils semblent incarner une valeur sûre. Souvent, ils correspondent à une niche et s’adressent plutôt aux candidats qui ont un projet de carrière précis ou une offre spécifique bien en vue.
[...]
Santé
Avec le vieillissement de la population, le besoin en établissements de santé va augmenter, et celui de leur encadrement avec. Un MBA spécialisé en la matière semble être un bon sésame pour réorienter sa carrière, ou la faire évoluer quand on vient du secteur. L’Université Paris Dauphine a ouvert un Executive MBA Santé en 2011 qui connaît un succès grandissant. “Nous refusons du monde”, souligne Béatrice Fermon, directrice associée de ce programme. [...] “Nous accueillons trois types d’étudiants. Il y a ceux qui sont dans la santé et qui ont envie de booster leur carrière, comme des directeurs qui souhaitent occuper des postes à responsabilités plus larges. Nous avons aussi de plus en plus de médecins qui veulent comprendre les problématiques économiques de leur domaine [...]. Puis nous observons une demande grandissante de professionnels qui exerçaient dans un secteur d’activité différent et qui cherchent à se reconvertir”. La directrice associée explique ce choix comme une volonté de donner plus de sens à sa carrière ».

 

Lire l'article complet sur le site de Courrier Cadres.